arrérages


arrérages

arrérages [ areraʒ ] n. m. pl.
arriérages 1267; de arrière
1Anciennt Toute redevance périodique dont l'échéance est passée. arriéré.
2Mod. Montant échu d'une rente. coupon.

arrérages nom masculin pluriel (ancien français arrère, arrière) Somme d'argent échue ou à échoir versée périodiquement au créancier d'une rente ou d'une pension. ● arrérages (difficultés) nom masculin pluriel (ancien français arrère, arrière) Nombre 1. Arrérages. Toujours pluriel : des arrérages. 2. Arriéré. Au singulier ou au pluriel : acquitter un arriéré ; les arriérés se montent à... Sens et emploi 1. Arrérages n.m. plur. = intérêts d'une rente, d'une pension ; ce qui reste dÛ d'un revenu quelconque. 2. Arriéré n.m. = somme qui n'a pas été payée à la date convenue ; retard. Acquitter un arriéré ; avoir beaucoup d'arriéré dans sa correspondance. Remarque La confusion fréquente entre ces deux mots s'explique par leur proximité de sens.

arrérages
n. m. pl. Termes échus d'une rente, d'une pension.

⇒ARRÉRAGES, subst. masc. plur.
Ce qui est dû, échu, d'un revenu, d'une rente, d'un loyer, d'une ferme; spécialement, produits périodiques (d'une rente) :
1. 1155. Néanmoins les revenus échus, tels que fermages, loyers, arrérages de rentes perpétuelles ou viagères, produisent intérêt du jour de la demande ou de la convention.
Code civil, 1804, p. 208.
2. 12. (...) le débirentier est tenu de servir au crédirentier les arrérages promis. (...)
13. Les arrérages se comptent jour par jour (C. civ., art. 584, 586) mais ne sont exigibles qu'après une année révolue, à moins de stipulation de termes plus courts. (...)
17. À la différence des intérêts échus des capitaux, les arrérages de rente produisent intérêt du jour de la sommation de payer ou de la date fixée par la convention.
Nouv. rép. de dr., Paris, Dalloz, t. 4, 1965, s.v. rente constituée.
SYNT. Arrérages des capitaux, de contribution, de la dette, d'un loyer, d'une pension, d'un prêt, d'une solde; toucher les arrérages.
Au fig. :
3. Malgré sa retraite, il [Pierre Corneille] est un homme illustre, le plus grand écrivain de son temps. Tout cela ne va pas sans quelque mélancolie. Il n'y a pas de rapports entre les arrérages normaux que paie la gloire, entre ses rentes solides, et la menue monnaie dont elle commence à régler ses acomptes aux jeunes gens.
BRASILLACH, Pierre Corneille, 1938, p. 199.
Rem. 1. Le sens anc. d'« arriéré (de paiement restant dû) » se retrouve qqf. dans l'emploi fig., infra ex. 4 et 5; noter également, dans l'ex. 4, l'emploi anc. au sing. pratiquement inus. de nos jours :
4. GÉLINOTTE [monologuant]. — (...) En voilà un hasard... J'étais là tranquillement sur la place, à causer avec le facteur qui me remettait un paquet de lettres venant de Paris... tout un arrérage de correspondance que je me suis fait transmettre ici, depuis que j'y ai planté mes lares...
E. LABICHE, Deux papas très bien, 1845, IX, p. 403.
5. ... ce roman bellâtre [le roman psychologique], dégénérescence composite de tous les arrérages du romantisme et du bovarysme, a été (...) ennemi de l'idéologie...
C. MAUCLAIR, De Watteau à Whistler, 1905, p. 102.
Rem. 2. La forme can. du mot est arriérages. Il doit deux années d'arriérages (Canada 1930).
PRONONC. ET ORTH. :[]. LITTRÉ fait la rem. suiv. : ,,Ménage signale comme mauvais arriérages que plusieurs disaient, trompés par arrière; arrérage, qui seul est adopté par le bon usage, vient d'arrère qui s'est dit autrefois. C'est une inconséquence de la langue de n'avoir pas, en bannissant arrère, banni aussi arrérage``. Cf. supra rem.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1267 dr. arrierage « ce qui est échu et dû d'une redevance quelconque » (Cartul. de l'Eglise de Saint-Pierre de Lille, 419 ds QUEM. : Tout li hostes et li manant sour la terre de Saint Pierre devant dite sont en boene pais envers la vile et cuite de tous arrierages de taille); 1272 arrerages « id. » (Cart. de Champ., B.N. 1. 5993, f° 260a ds GDF. Compl.); sens précédé de ,,anciennement`` ds ROB.; 2. 1351 id. « montant échu d'une rente » (FONTEVR., Asniere sur Dive, A. Ind.-et-L. ds GDF. Compl. : Les ayrerages de la dicte rente).
Dér. de arrère, forme anc. de arrière; suff. -age.
STAT. — Fréq. abs. littér. :50.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — Banque 1963. — BARB. Misc. 28 1944-52, pp. 327-329. — BARR. 1967. — BLANCHE 1857. — BOUILLET 1859. — Canada 1930. — CAP. 1936. — Comm. t. 1 1837. — DUPIN-LAB. 1846. — KUHN 1931, p. 104, 126, 144, 225. — Lar. comm. 1930. — LEMEUNIER 1969. — LEP. 1948. — LE ROUX 1752. — LEW. 1960, p. 100. — PUJOL 1970. — ROMEUF t. 1 1956.

arrérages [aʀeʀaʒ] n. m. pl.
ÉTYM. 1267, arriérages; de arrière.
1 Anciennt. Redevance périodique dont l'échéance est passée, le paiement en retard. Arriéré. — ☑ Loc. Vx. En arrérage : en retard dans le paiement.
1 Si je vois qu'un homme soit quelque peu en arrérage, et que j'aie appétit (envie) d'avoir un champ ou une vigne qu'il aura, voici le moyen : s'il est pressé, le voilà perdu, il est impossible qu'il ne soit ruiné.
Calvin, Sermon sur le Deutéronome, 93.
2 Mod. Montant échu d'une rente. Coupon (de rente).REM. Le français canadien a gardé la forme ancienne arriérages.
2 Dans l'usage moderne, « arrérages » ne s'applique plus qu'aux rentes; pour les sommes dues à un autre titre, on se sert de l'expression « arriéré » : l'arriéré d'une pension.
M. Planiol, Traité élémentaire de droit civil, t. I, no 2252.
3 Les arrérages de rentes perpétuelles et viagères;
Ceux des pensions alimentaires;
Les loyers des maisons, et les prix de ferme des biens ruraux;
Les intérêts des sommes prêtées, et généralement tout ce qui est payable par année, ou à des termes périodiques plus courts,
Se prescrivent par cinq ans.
Code civil, anc. art. 2277 (V. aussi art. 2151).
3.1 Il (Robinson) paie Vendredi. Un demi-souverain d'or par mois. Au début il avait pris soin de « placer » la totalité de ces sommes à un intérêt de 5,5%. Puis, considérant que Vendredi avait atteint l'âge de raison, il lui laissa la libre disposition de ces arrérages.
M. Tournier, Vendredi…, p. 150.
3 Par métaphore :
4 Les arrérages de la dissimulation lui furent soldés; l'hypocrisie est une avance; Satan le remboursa.
Hugo, les Travailleurs de la mer, I, VI, 7.
DÉR. Arrérager.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • arrérages — ARRÉRAGES. s. m. pl. Ce qui est dû, ce qui est échu d un revenu, d une rente, d un loyer, d une ferme Il lui doit tant d années d arrérages. Cela fait mille écus tant en principal qu en arrérages. Payer le principal et les arrérages …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • arrerages — Arrerages. s. m. pluriel. Ce qui est deu, ce qui est écheu de l interest d une rente. Il luy doit tant d années d arrerages. cela fait mille escus tant en principal qu arrerages …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Arrerages — (v. fr., spr. Arrerahsch), 1) rückständige Zahlungen; 2) anwachsende, das Capital mehrende Zinsen …   Pierer's Universal-Lexikon

  • ARRÉRAGES — s. m. pl. Ce qui est dû, ce qui est échu d un revenu, d une rente, d un loyer, d une ferme. Il lui doit tant d années d arrérages. Cela fait mille écus, tant en principal qu en arrérages. Payer le principal et les arrérages. Recevoir, toucher des …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ARRÉRAGES — n. m. pl. Ce qui est dû, ce qui est échu d’un revenu, d’une rente, d’un loyer, d’une ferme. Il lui doit tant d’années d’arrérages. Cela fait dix mille francs, tant en principal qu’en arrérages. Payer le principal et les arrérages. Recevoir,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • arrérages — (a ré ra j ) s. m. plur. Ce qui est échu d un revenu, d une rente, d une redevance. •   Pour achever de payer ses arrérages, SÉV. 29. •   Sa grande application à entrer dans le produit effectif des revenus du roi le mit en état de faire payer,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Arrérages —    Droit civil: somme d argent versée périodiquement à un créancier et résultant d une rente ou d une pension …   Lexique de Termes Juridiques

  • arrérages — nmpl. ARÉRAZHO (Albanais, Annecy, Genève, Montricher, Thônes), arérazo (Ste Foy) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • arrerages — Same as arrears …   Ballentine's law dictionary

  • rappel — [ rapɛl ] n. m. • XIVe, d un banni; rapiau « révocation » 1246; de rappeler 1 ♦ Action d appeler pour faire revenir. Rappel d un banni, d un exilé. Lettres de rappel, par lesquelles un gouvernement signifie son rappel à un agent diplomatique. ⇒… …   Encyclopédie Universelle